FRENCH HOT NEWS

FRENCH HOT NEWS (9)

L'image était sympathique, et tellement représentative de l'esprit qui règne entre la plupart des concurrents du Kroon Oil Belgian Rally Championship: à l'approche du dernier pointage avant le passage sur le podium final du Rally van Haspengouw, Stéphane Lefebvre, grand vainqueur de l'épreuve, guettait manifestement l'arrivée de Gino Bux et il s'est empressé d'aller féliciter son dauphin dans une grande accolade.

Les deux jeunes sont tous deux les grands vainqueurs de la 24ème édition du Rally van Haspengouw, première manche d'un championnat de Belgique qui comptera pas moins de dix épreuves cette année. Ancien Champion du Monde Junior et ancien pilote officiel Citroën au plus haut niveau, Stéphane Lefebvre faisait figure de favori du rendez-vous hesbignon, même s'il le découvrait. Bien secondé par le Hutois Xavier Portier, le Nordiste a frappé fort d'emblée signant 3 meilleurs temps sur les 4 spéciales de la 1ère boucle.

"Je voulais faire la différence dès le début de course et ça a marché," résumait le pilote de la Citroën C3 affûtée par DG Sport et soutenue par l'importateur belge. "Mais je ne pensais pas que les écarts seraient aussi importants sur un tel parcours. Par la suite, il suffisait de gérer notre avantage. Mais rien n'est jamais acquis avant la fin. Je suis heureux pour nos partenaires que nous ayons pu atteindre nos objectifs. On essaiera de faire aussi bien lors de la prochaine manche à Vresse."

Quant à Gino Bux, il a confirmé son grand talent au-delà de toutes les espérances. Il entamait ici une nouvelle collaboration avec Nicolas Gilsoul, il disputait sa première course sur une voiture de la catégorie Rally2 et il découvrait le parcours du Rally van Haspengouw. Il termine 2ème en ayant signé 3 meilleurs temps!

"Franchement, je ne pensais pas que nous pourrions signer un meilleur temps dès la 2ème boucle," confiait Nicolas Gilsoul à l'arrivée. "Gino a remarquablement roulé. Nous avons roulé toute la journée avec des réglages typé "pluie" pour jouer la sécurité sur un parcours toujours très glissant et je pense que c'était un bon choix. Nous pouvons aborder la suite de la saison avec les plus grands espoirs."

"Ca a été plus facile que je ne le pensais," commentait Gino Bux avec un grand sourire. "Pourtant, cette Skoda Fabia n'a rien à voir avec ce que j'ai piloté précédemment. La puissance, l'amortissement, la tenue de route, le freinage, tout était à comprendre et à assimiler. Heureusement, nous avions fait une bonne séance d'essais auparavant. Je n'aurais toutefois jamais osé rêver d'un tel résultat. J'ai trouvé le parcours intéressant, et certainement pas facile. Le plus important pour moi est que je sache sur quels points je peux encore progresser. Vivement la prochaine course."

Troisième, Ghislain de Mevius éprouvait des sentiments mitigés: "D'un côté, je suis satisfait de ma prestation car j'ai attaqué comme il y a deux ans et je n'ai pas fait de grosse erreur mais d'un autre, j'ai l'impression qu'il me manquait le petit plus qui aurait dû me permettre d'être plus proche des deux premiers."

Relégué à 56 secondes du vainqueur et à 35 de Bux, Adrian Fernémont ne pouvait que se demander comment Gino pouvait être aussi rapide sur une Skoda alors que lui la connaît maintenant parfaitement. 5ème, William Wagner se disait satisfait de sa course, lui qui était venu se remettre dans le rythme et retrouver ses repères sur la VW Polo avant le début du Championnat de France au Touquet.

Après un début de course difficile, suite notamment à une erreur de manipulation des commandes de sa DS3 WRC, Kris Princen a terminé en force, signant 3 scratches dans les 4 dernières spéciales de l'épreuve. De quoi lui donner un grand sourire: "Quelle voiture! Peter et moi, nous nous sommes vraiment fait plaisir. Les sensations ressenties sont incomparables. Je ne regrette pas notre choix."

En progression constante au fil de la journée sur sa Citroën C3, Maxime Potty a pris le meilleur sur Jos Verstappen qui a fait taire les mauvaises langues en rejoignant l'arrivée, ne commettant qu'une petite erreur dans un freinage qu'il a payée un peu cher alors qu'il était 4ème. Il remporte le nouveau Masters Trophy que Xavier Bouche a dû quitter sur sortie de route. Le Top 10 est complété par Jonas Langenakens, qui a tiré un bon parti de sa vieillissante Mitsubishi Lancer, et Jimmy D'Hondt, également satisfait de sa prestation.

11ème, Bjorn Syx a profité du retrait de Dirk Deveux sur ennuis mécaniques pour imposer sa mélodieuse BMW M3 en Historic. Sur ses terres, Patrick Diels a remporté une nouvelle victoire en M-Cup, devançant Franky Boulat, Kurt Braeckevelt et Loïc Pirot. Beau 16ème au général au milieu de ceux-ci, Tom Rensonnet n'a pas fait le détail dans le classement Junior, devançant très largement Jonas Dewilde et le Danois Mads Dalsager.

Le nouveau 2WD Trophy a donné lieu à une belle lutte entre pilotes de Renault Clio, Bart Vandevelde l'emportant devant Christophe Henderix et Jonathan Remilly.

Avec le soleil, le vent modéré et des températures très agréables pour la saison, les routes des environs de St-Trond et Landen se sont progressivement asséchées. Le parcours du Rally van Haspengouw reste néanmoins très glissant, avec des changements d'adhérence fréquent entre les différents revêtements se présentant devant les concurrents. Certains en ont fait les frais comme Koen Verhaege, dont la Kadett GT/E est bien abîmée, ou Corentin Fiasse, qui a mis sa Clio sur le toit, mais aussi Jos Verstappen, qui a rétrogradé de 3 places au classement suite notamment à un freinage raté dans l'ES 7, qui l'a vu coincé 30 secondes entre deux talus.

Sur la Citroën C3 de pointe du team DG Sport, Stéphane Lefebvre a poursuivi sur sa lancée de la 1ère boucle pour augmenter son avance de 3 secondes.

"Pourtant, j'étais un peu tard sur un freinage de l'ES 2," concède-t-il avec sa simplicité naturelle. "J'ai un peu dépassé le quitter et je suis passé à travers le champ. Rien de grave. Ca m'a coûté quelques secondes."

Derrière lui, Gino Bux impressionne tous les observateurs et force l'admiration de ses adversaires. Pour sa 1ère course avec une Rally2, il ne lui aura fallu que 5 spéciales de "mise en jambes" avant de signer son premier scratch. Et tant qu'à faire, il en a même signé deux d'affilée, dans les ES 6 et 7. Il a ainsi presque doublé son avantage sur Ghislain de Mevius, toujours 3ème, pour le porter à 12 secondes.

"Ce qui me réjouit le plus, c'est que je détecte directement les endroits où je concède un peu de temps et je comprends pourquoi," expliquait Gino au retour à Brustem. "C'est le plus important pour mon évolution."

La déception du début de course passée, Adrian Fernémont veut continuer à y croire. Il a profité de l'erreur de Verstappen pour grimper à la 4ème place. Débarrassé de ses problèmes de direction, William Wagner pointe parfois son nez tout près des scratches mais il reste à la même distance de Fernémont, en 5ème position. Auteur par 3 fois du 2ème temps scratch, Kris Princen savoure le pilotage de sa DS3 WRC et s'est légèrement rapproché de Wagner, tout en prenant l'avantage sur Verstappen.

Maxime Potty, qui se réjouit de commencer à trouver ses marques au volant de la C3 Rally2, s'est fortement rapproché de Jonas Langenakens, toujours beau 8ème, et a plus que doublé son avance sur Jimmy D'Hondt.

Même s'il a perdu une place au profit de Kurt Boone, Dirk Deveux est toujours leader en Historic. Mais Bjorn Syx lui offre une âpre résistance, le talonnant à un peu plus de 2 secondes. 14ème au général, Patrick Diels semble parti vers une très nette victoire en M-Cup, tout comme Tom Rensonnet, beau 16ème au général plus d'une minute et demie devant Jonas Dewilde et bien plus encore devant Maxim Decock, toujours en course.

55 concurrents s'apprêtaient à repartir pour une dernière boucle de 4 spéciales.

Après de longs mois de grisaille, c'est sous un beau soleil printanier qu'a été donné le départ de la 24ème édition du Rally van Haspengouw, manche d'ouverture du Kroon Oil Belgian Rally Championship 2022. Un 2ème signe encourageant après celui obtenu lors des vérifications administratives et techniques hier après-midi. Chose rarissime, 2 forfaits seulement (Ronny Laporte / Opel Ascona et Joeri Peeters / Renault Clio) étaient à déplorer sur les 76 voitures engagées en BRC.

La principale petite inconnue de l'épreuve résidait dans la faculté de Stéphane Lefebvre de trouver le bon rythme sur un terrain toujours piégeux car le tracé est rapide mais les routes sales et glissantes. On a été vite fixé. Bien aidé par le Hutois Xavier Portier, le Nordiste a signé le meilleur temps dans 3 des 4 spéciales de la 1ère boucle, alors que la plupart de ses adversaires commettaient l'une ou l'autre erreur.

"Tout va bien," commentait Lefebvre au retour à l'assistance à Brustem. "Je ne me suis pas fait la moindre chaleur. J'arrive à adapter ma vitesse aux circonstances. Pour le gué de l'ES1, j'ai ralenti pour éviter toute surprise. Je pense que j'ai le bon rythme."

Stéphane a surtout fait la différence dans l'ES2, Boekhout, où les routes étaient partiellement givrées. "C'était effectivement piégeux mais nos ouvreurs ont bien travaillé et nous avions les bonnes indications," précisait Xavier Portier.

Derrière Lefebvre, ceux qui font la plus forte impression sont les "débutants". Pour sa 1ère course avec une Rally2, Gino Bux, secondé aussi pour la 1ère fois par Nicolas Gilsoul, a signé une encourageants entrée en matière. Malgré une petite erreur dans le dernier chrono, il occupe une inattendue 2ème place, à 15 secondes de Lefebvre.

"Pourtant, je pensais avoir perdu plus de temps à Halle Booienhoven," confiait le vainqueur de la Stellantis Cup 2021. "Dans le 3ème virage de la spéciale, sur la terre, je suis sorti un peu dans le champ. La terre s'est accumulée dans une ou deux jantes et par la suite, la voiture vibrait énormément. Tellement que par moments, j'avais des problèmes de vision. Plus loin, j'ai aussi été gêné par les sorties de Reynvoet et de Bouche. Je pensais avoir perdu une douzaine de secondes mais ce n'est finalement pas si grave."

Le plus grande surprise, c'est la 4ème place de Jos Verstappen, que de nombreux observateurs attendaient à la faute très rapidement.

"Jos a très bien roulé," expliquait son copilote Kris Botson, qui remplit remarquablement son rôle. "Sa seule petite erreur est venue au 2ème passage dans une courbe glissante à Walshoutem. Nous sommes sortis un peu large dans le champ. Une fois, un gros freinage a aussi été un peu limite. Mais il a le bon rythme."

Parmi les animateurs de la dernière saison du BRC, Ghislain de Mevius tire le mieux son épingle du jeu. Il occupe la 3ème place à 6"5 de Bux et 9" devant Verstappen.

"Ca se passe bien mais il me manque un petit quelque chose," regrettait-il. "Je devrais pouvoir être un peu plus rapide."

Il peut quand même se compter heureux par rapport à William Wagner, qui a rencontré des problèmes de crémaillère de direction sur sa VW Polo, à Adrian Fernémont, parti en tête-à-queue en abordant trop vite la cuvette inondée de Walshoutem, Kris Princen, qui a enclenché involontairement le frein-à-main de sa DS3 WRC au départ de Walshoutem, et surtout Xavier Bouche (le seul à avoir subtilisé un temps scratch à Lefebvre) et Kurt Reynvoet, déjà éliminés par des sorties de route.

Devant Kris Princen, Maxime Potty et Jimmy D'Hondt, Jonas Langenakens hisse sa "vieille" Mitsubishi Lancer à une très belle 7ème place.

"J'ai l'impression d'attaquer fort et d'être au maximum mais les temps ne sont pas ce que j'espérais," regrettait le citoyen de Landen. "On en veut évidemment toujours plus..."

Sur l'autre Mitsubishi, Kurt Boone pointe en 12ème position derrière le leader en Historic, Dirk Deveux (Ford Sierra 4x4). Ce dernier devance Bjorn Syx, qui n'aura pas pu livrer le duel attendu face à Patrick Snijers sur des BMW M3 comparables. Le moteur de celle de Patrick a rendu l'âme dans l'ES1.

Syx est quand même le meilleur des nombreux pilotes engagés en BMW, devant le local Patrick Diels et le multiple champion en M-Cup, Franky Boulat. Les amateurs de grands travers ne peuvent malheureusement plus compter que sur les BMW pour assurer le spectacle puisque deux des trois Porsche 911 GT3 ont disparu, Glenn Janssens étant sorti de la route et Tuur Vanden Abeele ayant arraché son protège-carter dans la terre de Halle Booienhoven. Henri Schmelcher est quant à lui à la dérive.

Parmi les Juniors, Tom Rensonnet, représentant du RACB Junior Team sur une Renault Clio RC4, justifie son statut de favori en devançant nettement les Peugeot 208 de Jonas Dewilde et du Danois Mads Dalsager. Maxim Decock est malheureusement sorti de la route. Stoppé dans l'ES1 par une pompe à essence défectueuse, Corentin Fiasse espère profiter du nouveau règlement qui permet dorénavant de réintégrer la course au début de la section (boucle) suivante.

Plus que trois fois dormir et on frappera les trois coups pour l'ouverture de l'édition 2022 du Kroon Oil Belgian Rally Championship à Saint-Trond et dans les environs.

Ce lundi soir, lors de la présentation qui s'est déroulée dans les installations de DronePort, à Brustem, où le QG du rallye prendra ses quartiers le week-end prochain, le Top Speed Rally Haspengouw a dévoilé la liste définitive des équipages engagés pour la 24ème édition du Rally van Haspengouw. Avec 76 inscrits (+ 32 dans l'annexe Regularity VAS), on ne battra pas les records de participation mais la qualité du plateau est exceptionnelle.

Ainsi, 13 voitures de la catégorie de pointe 'Rally2' seront de la partie, dont une dizaine pouvant prétendre au podium final. Fort de leur statut de doubles champions en titre (ils furent aussi les meilleurs de l'année 2020 contrariée et amputée par le Covid19), Adrian Fernémont et Samuel Maillen auront l'honneur, mais pas nécessairement l'avantage, d'ouvrir la route samedi prochain. Considérant compter déjà 8 victoires "en BRC" car, à quatre reprises, il n'a été devancé que par un étranger non inscrit au championnat (dont la WRC de Craig Breen à Audenarde en 2020), Adrian sait mieux que quiconque que pour viser un 3ème titre, il faut d'abord s'efforcer d'être chaque fois à l'arrivée et faire preuve de régularité.

Mais cette année, il devra compter avec le Français qui l'a battu trois fois ces dernières années. Stéphane Lefebvre disputera en effet le Kroon Oil Belgian Rally Championship pour le compte de Citroën sur une C3 Rally2 couvée par DG Sport. Même s'il découvrira l'épreuve, cet ex-Champion du Monde (et d'Europe) Junior sera l'homme à battre dans les environs de Saint-Trond.

Après avoir animé la lutte en tête en 2020 sur une C3 R5, son compatriote William Wagner doit aussi être compté parmi les favoris, même s'il devra retrouver ses habitudes au volant d'une VW Polo avec laquelle il brillait en 2019 en France.

Dans les conditions très particulières de routes étroites, boueuses et glissantes qu'on rencontre en cette saison en Hesbaye, l'expérience reste toutefois primordiale. Ghislain de Mevius (avec Johan Jalet) et Xavier Bouche (avec Lorin Jamar), voire Niels Reynvoet (avec Diederik Pattyn), seront donc directement dans le coup sur leurs habituelles Skoda Fabia. Kris Princen et Peter Kaspers connaissent aussi la région comme leurs poches mais Kris devra trouver ses marques sur la DS3 WRC louée chez PH Sport.

Deux autres équipages susciteront beaucoup d'intérêt. La "vedette" du jour sera en effet Jos Verstappen, (le père de Max pour les jeunes), ancien pilote de F1 qui disputera ici son tout premier rallye. On compte sur Kris Botson, son expérimenté copilote, pour calmer les ardeurs du Néerlandais au volant d'une Citroën C3 de chez DG Sport. L'autre tête d'affiche, c'est le retour de Nicolas Gilsoul dans les rallyes belges. Il est motivé par le défi d'aider Gino Bux à confirmer son incontestable talent sur une voiture de pointe, en l'occurrence une Skoda Fabia du team SXM.

Ancien animateur des courses TCR en circuit, Maxime Potty s'est tourné l'an dernier vers le rallye. Il espère recueillir cette année les fruits de sa saison d'apprentissage. Renaud Herman devrait bien l'aider dans cette tâche, sur une Citroën C3.

Sur des Ford Fiesta Rally2, l'autre ancien pistard Steve Vanbellingen et les régionaux Jimmy D'Hondt et Johnny Poelmans tenteront de s'approcher au mieux des ténors. Idem pour le Néerlandais Richard Pex, ami de Verstappen, qui débutera également en rallye sur une Citroën C3.

Ceux-ci devront toutefois composer avec deux anciennes Mitsubishi Lancer très bien conduites par Jonas Langenakens et Kurt Boone. Sans parler des trois Porsche 911 GT3 au volant desquelles Glenn Janssens, Henri Schmelcher et Tuur Vanden Abeele feront vibrer les spectateurs amateurs de belles sonorités.

Dans le même registre, on suivra avec beaucoup d'intérêt la lutte pour la victoire en Historic que se livreront Patrick Snijers et Bjorn Syx sur de spectaculaires BMW M3. Un des 12 concurrents de la M-Cup pourra-t-il rivaliser avec eux pour l'honneur?

Plus discrètement, mais avec autant d'enthousiasme, quatre jeunes tenteront de se faire remarquer en visant la victoire dans le classement Junior. Troisième du Clio Trophy l'an dernier, Tom Rensonnet, représentant du RACB Junior Team, devra battre Jonas Dewilde, Maxim Decock et le Danois Mads Dalsager.

On le voit, la lutte sera chaude à tous les niveaux ce samedi 26 février, de 8h à 20h, dans les environs de Saint-Trond. Mais, pour de nombreux participants, les débats commenceront jeudi après-midi avec le shakedown (spéciale test) programmé à Velm. Venez nombreux. Vous ne le regretterez pas.

Le premier rendez-vous de l'année d'une compétition de longue haleine comme le Kroon Oil Belgian Rally Championship doit souvent composer avec des engagements de dernière minute car certains concurrents doivent encore boucler leur budget ou leurs accords de collaboration. Le suspense pour savoir qui sera finalement au départ du Rally van Haspengouw dans une dizaine de jours n'en est que plus passionnant.

Quelques engagements notoires viennent en tout cas d'être enregistrés. Comme le laissaient entendre quelques indiscrétions, le Français Stéphane Lefebvre sera de la partie avec le Hutois Xavier Portier à sa droite sur une Citroën C3 Rally2 du team DG Sport Compétition soutenue par l'importateur belgo-luxembourgeois. Né et habitant dans les Hauts de France, juste de l'autre côté de la frontière, Stéphane Lefebvre aime les rallyes belges qui ont fait naître sa passion pour le rallye. On l'a donc déjà vu de nombreuses fois en Belgique, notamment au Rallye du Condroz, qu'il a remporté à trois reprises, et à Ypres. Mais ce sera la première fois qu'il participera au Rally van Haspengouw. Ses adversaires savent néanmoins que pour s'imposer à Saint-Trond, il faudra surtout devancer cet ancien Champion du Monde Junior (en 2014) et ancien pilote officiel Peugeot puis Citroën au niveau suprême.

Double Champion de Belgique en titre, Adrian Fernémont ne viendra toutefois pas pour se contenter de la 2ème place. Repartant sur des bases connues, avec Samuel Maillen à sa droite et sur la Skoda Fabia Rally2 Evo qui lui a permis de triompher in extremis l'an dernier, il voudrait certainement étoffer son palmarès de quelques victoires retentissantes, puisqu'il n'en compte que 4 à son actif en cinq saisons en R5 en BRC. Avec l'expérience, il peut en tout cas faire mieux que sa 3ème place à Landen en 2020.

Jonas Langenakens l'outsider

Une autre voiture de la catégorie Rally2 est venue s'ajouter à la liste déjà bien fournie: la Ford Fiesta du régional Johnny Poelmans, qui arborera une décoration très colorée et attrayante.

Mais l'autre engagement le plus intéressant est celui du local Jonas Langenakens, dont on connaît la belle pointe de vitesse, mais qui n'a pas souvent été servi par la réussite. Fidèle à la Mitsubishi Lancer Evo 7, qui ne cesse toutefois d'évoluer, il rêve de créer la surprise en s'immisçant parmi les voitures de pointe.

Le plateau s'étoffe aussi dans les catégories. Frank Baert vient s'ajouter aux candidats à la victoire dans le plantureux groupe de BMW de la M-Cup. Et en Historic, un championnat parallèle auquel Chris Dobbelaere (Opel Kadett GT/E) continue bizarrement à tourner le dos, on assistera avec plaisir au retour, après 5 ans d'inactivité, de Frank Jorissen sur une Opel Ascona 400 qui rendra hommage au regretté Herwig Nelissen.

Nul doute, la lutte sera chaude à tous les niveaux, et surtout pour en tête de la course, le 26 février, dans les environs de Saint-Trond. Venez nombreux. Vous ne le regretterez pas.

D'ici là, on peut signaler que la présentation officielle de l'épreuve est traditionnellement prévue lundi prochain, juste après la clôture des engagements. En raison de la situation sanitaire pas encore idéale, elle se déroulera en "comité restreint", sur invitation. Pour permettre à tous les passionnés d'y assister sans même se déplacer, elle sera retransmise en direct sur la page Facebook du Rally van Haspengouw et sur celle du Kroon Oil Belgian Rally Championship à partir de 20h.

La venue de Jos Verstappen à Saint-Trond pour ses débuts en rallye était déjà une grande surprise. Le retour à la compétition en Belgique de Nicolas Gilsoul, ancien équipier de Thierry Neuville en Championnat du Monde des rallyes, en est une autre. Le Liégeois, qui vient de passer le cap des 40 ans, disputera le Kroon Oil Belgian Rally Championship aux côtés de Gino Bux, 'champion' en titre de la Stellantis Rally Cup Belux, qui a aussi fait forte impression l'an dernier au volant d'une Alpine A110 RGT au Rallye d'Ypres. Le duo s'alignera au départ du Rally van Haspengouw et des autres manches de la compétition sur une Skoda Fabia Rally2 du team SXM.

"Je n'aurai pas la prétention de viser la victoire dès ma première course au volant de la Skoda," prévient Gino Bux. "Je découvrirai à la fois cette catégorie de voitures et l'épreuve hesbignonne. Il faudra donc nous laisser le temps de prendre nos repères. J'espère seulement progresser le plus vite possible. Je compte évidemment sur l'expérience de Nicolas pour m'y aider."

"J'ai dû chercher loin dans ma mémoire pour me souvenir que j'ai roulé la dernière au Rally van Haspengouw en 2011, avec Alexandre Romain sur une Citroën C4 WRC. Nous avions fait une belle pirouette dans la spéciale de Walshoutem. Avant cela, je n'y avais participé que trois fois, mais les souvenirs sont vite revenus en visionnant les vidéos des spéciales."

Il est évident que Gino et Nicolas ne pourront pas rivaliser d'emblée avec l'équipage semi-officiel Hyundai que restent Grégoire Munster et Louis Louka. Vice-champion en titre, le Verviétois repart à l'assaut du Championnat de Belgique avec la ferme intention de décrocher la couronne.

Une couronne que son frère Charles a pu s'adjuger l'an dernier dans la catégorie Junior. Il sera au départ à Saint-Trond mais son engagement laisse planer le mystère quant à sa monture et à la catégorie.

Même s'ils n'ont pas encore rentré leur engagement, on sait entretemps que Kris Princen et Niels Reynvoet seront aussi de la partie sur des voitures de la catégorie supérieure. Dans son jardin, le premier veut forcément toujours viser la victoire. Quant au second, il part pour une saison complète pour défendre les couleurs des sociétés "familiales" Orfys et Fleet Assistance, qui sont aussi partenaires du Kroon Oil Belgian Rally Championship. Il s'est parfois montré dans le coup en Rally2.

Toujours en Rally2, on reverra avec plaisir Steve Vanbellingen, secondé par Els Ons et pour la première fois sur une Ford Fiesta R5, tandis que Jimmy D'Hondt espère profiter de l'expérience acquise durant un peu plus d'un an sur une monture similaire.

Le plateau de la 24e édition du Rally van Haspengouw commence donc à prendre forme, même si on sait qu'au moins une grande annonce est encore à venir. Le spectacle est donc d'ores et déjà garanti le 26 février dans les environs de Saint-Trond et de Landen. Rappelons, pour ceux qui veulent voir les voitures de plus près qu'en spéciale, que la zone d'assistance, qui sera très aérée aux abords de la piste principale de l'aérodrome de Brustem, sera accessible gratuitement. Le podium et le 'Rally Café' prendront place dans un vaste hangar au centre de cette large zone d'assistance. Les cartes d'entrée (25€ pour toutes les spéciales) seront en vente dans ce hangar dès le vendredi 25 février à 12h. Bonne nouvelle pour les spectateurs: le problème de parking que l'on regrettait à Landen disparaît. Un vaste espace est prévu à cet effet aux abords immédiats de la zone d'assistance.

Tout est donc au rendez-vous pour que votre journée en Hesbaye soit la plus agréable possible. Venez nombreux. Vous ne le regretterez pas.

A peine l'annonce de l'ouverture des inscriptions a-t-elle été lancée que les premiers engagements rentrent pour la 24e édition du Rally van Haspengouw, qui constituera fin février la première manche du Kroon Oil Belgian Rally Championship 2022.

La M-Cup est la seule coupe de marque qui sera présente dans un mois à Saint-Trond, mais elle est celle qui excite le plus les spectateurs grâce aux grands travers que ses concurrents offrent avec plaisir. Et le parcours hesbignon s'y prête à merveille. Les animateurs de cette course dans la course sont impatients de faire rugir à nouveau leurs moteurs et ils sont majoritaires (6 sur 17) parmi les premiers engagés. Plusieurs candidats à la victoire en M-Cup sont déjà annoncés avec les deux derniers "champions" en date, Franky Boulat (M3 E36) et Tom Ceuppens (M3 E87), et un de leurs dauphins réguliers, Kurt Braeckevelt (M3 E36). Fidèle de la compétition, Frederik Vandeloock (M3 E46) devra compter avec Jens Neskens (M3 E30) et Grégory Vanovertveldt (1M).

Sur une autre BMW M3 E30, Danny Kerckhof visera de son côté le podium en Historic face notamment à Dirk Vermeersch sur sa Fiat 124 Abarth.

D'autres propulsions viendront compléter le spectacle, telles les Opel Ascona d'Eric Louies et Ronny Laporte, ou la Porsche 997 GT3 de Tuur Vanden Abeele. Le Courtraisien est secondé par Stijn Stragier, par ailleurs patron de la société GeoDynamics qui assure le 'tracking' des voitures pendant la course.

Un premier pilote étranger a rentré son engagement: le Danois Casper Nielsen qui sera secondé par notre compatriote Ward Hanssens. Sur leur Peugeot 106 Maxi, ils affronteront notamment Patrick Gaethofs (Honda Civic) et Bart Schoenaers (Opel Corsa GSi) dans la catégorie NCE.

Si le Clio Trophy Belgium ne démarrera qu'en avril, Xavier Dekeyser a la bonne idée de venir prendre la mesure de sa monture sur les routes de Hesbaye.

Enfin, le premier candidat à la victoire absolue à Saint-Trond à s'annoncer est Ghislain de Mevius, qui reste fidèle à la Skoda Fabia Rally 2. Johan Jalet et lui, 3èmes classés du BRC 2021, sont évidemment bien décidés à confirmer leur victoire lors de la dernière édition du Rally van Haspengouw (en 2020) et entamer ainsi idéalement leur course au titre national 2022.

Rappelons que les engagements pour la 24e édition du Rally van Haspengouw sont ouverts sur le site web www.rallyvanhaspengouw.be, où le règlement officiel de l'épreuve sera prochainement disponible.

Rappelons aussi qu'en collaboration avec le RACB et les promoteurs du Kroon Oil Belgian Rally Championship, un tarif d'engagement réduit est proposé aux catégories autres que Rally 2 (800 €) et surtout aux jeunes du Junior BRC et aux concurrents du nouveau 2WD Trophy (650 €). Pour la M-Cup, la redevance a été fixée à 650 €.

Même si le gros du peloton doit seulement confirmer sa participation, la 24ème édition du Rally van Haspengouw s'annonce déjà prometteuse le samedi 26 février prochain dans les environs de Saint-Trond et Landen.

L'ancien pilote de F1 avec Kris Botson sur une Citroën C3 Rally2

 

Excellente nouvelle pour le Rally van Haspengouw, le Kroon Oil Belgian Rally Championship et le rallye en général: Jos Verstappen a décidé d’effectuer son retour au volant et c’est en Belgique qu’il fera ses débuts en rallye. Jos Verstappen effectuera en effet sa première apparition officielle en rallye à l’occasion du Rally van Haspengouw, l’épreuve d’ouverture du Kroon Oil Belgian Rally Championship, qui est programmée le 26 février.

Ce qui a démarré pour Jos Verstappen comme un simple hobby est devenu un projet de plus en plus sérieux au fil du temps. Jos espérait disputer son premier rallye l’an dernier du côté d’Assen. Mais l’épreuve avait été annulée suite à la crise sanitaire. Dans trois semaines, le Néerlandais pourra enfin faire ses débuts en rallye au volant d’une Citroën C3 R5 (Rally2) préparée par l’équipe DG Sport Competition, avec à sa droite l’expérimenté copilote belge Kris Botson.

Jos est évidemment enthousiaste: "Je suis vraiment impatient car j’ai découvert que le rallye me plaît beaucoup. Surtout en raison du caractère imprévisible de cette discipline. Je suis évidemment très motivé et je peux compter sur le soutien d’une équipe de pointe, mais je devrai avant tout trouver mes propres limites, avec l’aide de mon copilote. Même si je veux bien faire les choses, la raison qui me pousse à me lancer dans cette aventure du rallye, c’est parce que j’y prends du plaisir."

L’ancien pilote de Formule 1 et vainqueur de la catégorie LMP2 aux 24 Heures du Mans possède une énorme expérience en circuit mais, à 49 ans, il abordera le rallye dans la peau d’un rookie.

Jos Verstappen est bien conscient que sa tâche ne sera pas simple: "Le rallye, c’est surtout une question d’expérience. Et acquérir cette expérience sera le plus grand défi. Ce n’est en rien comparable avec ce que j’ai fait durant ma carrière en sport auto. Pour moi, tout est vraiment nouveau: la voiture, la méthode de travail, la rédaction et l’utilisation des notes, écouter le copilote et apprendre à connaître les spéciales. Les possibilités de reconnaître sont très limitées, et il faut être directement dans le coup tout en essayant d’éviter de prendre des risques inutiles."

Malgré toute son expérience au volant, il s’agit donc pour Jos Verstappen d’un énorme saut dans l’inconnu: "C’est un défi énorme et je ne m’attends pas à jouer devant. Naturellement, je vais faire de mon mieux, mais mon but est de prendre de l’expérience et surtout de faire un maximum de kilomètres. Je me sens bien au volant de ma Citroën et le plaisir est intense. Ce qui, pour moi, est le plus important."

A côté de Verstappen, son ami Richard Pex fera également ses débuts en rallye sur une Citroën C5 Rally2. Il sera navigué par l'expérimenté Johan Findhammer. DG Sport Competition alignera par ailleurs une 3ème voiture de la catégorie Rally2 pour Maxime Potty, un autre ancien "pistard". Le doute n'est plus permis: le spectacle sera de premier ordre le 26 février dans les environs de Saint-Trond et de Landen.

A trois bonnes semaines de l'ouverture du Kroon Oil Belgian Rally Championship 2022, les engagements rentrent lentement mais sûrement pour la 24e édition du Rally van Haspengouw, qui sera cette année basé à Saint-Trond - Brustem les 25 et 26 février prochains.

Par rapport à de nombreuses épreuves disputées l'an dernier, on peut se réjouir, pour l'avenir du rallye belge en général, que de nombreux amateurs seront au rendez-vous hesbignon sur des voitures de catégories inférieures. On peut ainsi espérer une belle course dans la course entre la Citroën C2 de Laurent Vanton, la Citroën ZX 16v de Kevin Robinne, les Renault Clio de David Conard, Christophe Henderix, Kevin Lepaily et Jonathan Remilly, et la Peugeot 208 du 2ème Danois engagé, Mads Dalsager, secondé par la charmante Jeannette Kvick. Voire la VW Golf TDI d'Eddy Ghijssens.

Gage de spectacle, la M-Cup continue à rassembler de nombreux adeptes de la marque à l'hélice. L'homme à battre sera a priori Patrick Diels, vainqueur de la M-Cup lors des deux dernières éditions du Rally van Haspengouw, sur sa très performante BMW 132i. Mais sur leurs diverses M3, Dany Claesen, Philip Lommers, Loïc Pirot et le Néerlandais Wim Muilwijk peuvent aussi jouer un rôle en vue.

William Wagner en VW Polo R5

Au niveau des tractions intégrales (4WD) susceptibles de viser les premières places au général, on se réjouit de revoir Niels Reynvoet, pas très actif en BRC l'an dernier sur sa Skoda Fabia Rally 2. Mais la première "tête d'affiche" de cette 24e édition du Rally van Haspengouw sera le Belgo-Français William Wagner, déjà vu à Landen en 2020 sur une Citroën C3 R5. Cette fois, il revient sur la VW Polo GTI R5 avec laquelle il avait terminé 5ème du Championnat de France 2019, décrochant au passage deux victoires aux Routes du Nord et au Rallye de Lorraine.

L'autre "tête d'affiche" de l'épreuve trudonnaire sera assurément le retour de Patrick Snijers au volant d'une BMW M3 E30, en l'occurrence celle de son copilote du jour, Wim Soenens. Patrick n'a roulé qu'une saison en M3 E30, en 1988, mais ce fut une de ses plus retentissantes. Elle a été ponctuée par une 4ème couronne de Champion de Belgique et un 2ème titre de vice-champion d'Europe. A son volant, il a remporté 6 victoires dont surtout le Manx Rally. Snijers était en effet le premier étranger non Finlandais à s'imposer sur l'Ile de Man. Seuls, avant lui, Ari Vatanen, Pentti Airikkala et le regretté Henri Toivonen avaient réussi à battre les Britanniques dans cette épreuve très spécifique. Fin du mois, Snijers sera l'homme à battre en Historic BRC et on est curieux de voir à quel niveau il pourra se hisser au général.

Après celle de Tuur Vanden Abeele, une 2ème Porsche 997 GT3 est par ailleurs annoncée pour viser la victoire dans la catégorie GTP, celle de Glenn Janssens qui sera à nouveau secondé par Stéphane Prévot.

Ajoutons pour terminer que les organisateurs sont maintenant sûrs à 99% que le Rally van Haspengouw pourra accueillir du public, même si le baromètre Corona reste dans le rouge. Notez donc la date du samedi 26 février pour ne surtout pas rater le beau spectacle qui s'annonce.